Fin juillet début août, les finances sont pas trop dans le rouge, je me transforme en parfait consommateur : j’achète un GPS fixe (FX312), une VHF, les winchs et les bloqueurs de roof, un enrouleur de génois, un compas de route compensable spécial masse métallique, une deuxième ancre. J’arme le bateau pour l’amener pour le 15 août sur Arcachon. Les aménagements coté babord sont terminés, de la salle de bain aux coffres du carré et à la bibliothèque au dessus du carré, tout est fini. Il reste les deux cabines arrières à faire et les aménagements seront terminés. Il restera alors les vaigrages, les tours de hublots, et les planchers.
J’ai aussi effectué une modification de taille. J’ai posé une colonne dans le cockpit, afin de positionner un compas de route. Je me suis longtemps pris la tête pour savoir où mettre se compas, et la solution la plus pratique et efficace est la colonne. Elle servira aussi à se tenir, et à poser une table de cockpit repliable.
Enfin, l’enrouleur de génois, lui aussi, m’a pas mal tracassé. Le dilemne entre facilité et efficacité à pris court lorque l’on m’a proposé un enrouleur neuf à -75% du prix normal… Si si, -75%. Evidement, il y a eu quelques modifs à apporter, mais ca y est, j’ai un enrouleur. J’ai tout de même conserver mon joli foc n°1 que je peux endrailler sur l’étai larguable quand il y a une bonne brise. Le génois quant a lui ne sera pas parfaitement adapté, c’est de l’occasion, alors il est difficile de trouver les cotes exactes.
J’ai encore une foule de chose à faire avant de partir, comme l’étanchéité du puit de dérive, car il est possible que les vagues entrent dans le bateau par là. Il faut aussi que je termine quelques planchers, le lit de la cabine arrière, la plage arrière, les marches de l’échelle de bain, la barre.

Ah oui, la barre, parlons en. Dure, lourde, un pilote automatique pour une telle barre coute plus de 3000 euros, avec centrale de navigation, vérin hydraulique et tout et tout… Alors je vais barrer. J’espère juste pouvoir bloquer la barre en position à l’aide de bouts et de bloqueurs. Si sous voile le bateau peut tenir quelques dizaines de secondes tout seul, ça va, je peux manger/pisser/bricoler/envoyer une autre voile/boire/faire le point/regarder la carte/dormir…Non, pas dormir. Interdit…Nuit blanche ou équipiers…